Fra-Angelico_Resurrection-du-Christ-femmes-au-tombeau_1440-Convento-San-Marco_Florence

 

 LE CHRIST JÉSUS RESSUSCITÉ, TYPE DE LA SAINTETÉ

Au jour de sa Résurrection, le Christ Jésus a laissé dans le tombeau les linceuls, qui sont le symbole de nos infirmités, de nos faiblesses, de nos imperfections. Il sort triomphant du sépulcre; sa liberté est entière, il est animé d’une vie intense, parfaite, qui fait vibrer toutes les fibres de son être. En lui, tout ce qui est mortel est absorbé par la Vie.

C’est là le premier élément de la sainteté représenté dans le Christ ressuscité : l’éloignement de tout ce qui est mort, de tout ce qui est terrestre, de tout ce qui est créature, l’affranchissement de toute faiblesse, de toute infirmité, de toute passibilité.

Mais il est un second élément de la sainteté : l’adhésion, l’appartenance, la consécration à Dieu. Nous ne saurons qu’au ciel avec quelle plénitude Jésus vivait pour son Père en ces jours bénis : ce fut certainement avec une perfection qui ravissait les anges; maintenant que sa sainte humanité est libre de toutes nécessités, affranchie de toutes les infirmités de notre condition terrestre, elle se livre, comme elle ne le fit jamais, à la gloire du Père.

La vie du Christ ressuscité devient une source infinie de gloire pour son Père; il n’y a plus en lui aucune faiblesse; tout en lui est lumière, force, beauté, vie; tout en lui chante un cantique ininterrompu de louange.

L’œuvre de rédemption est accomplie; tout est soldé, tout est expié. Mais la religion de Jésus pour son Père, elle, continue, plus vive, plus entière que jamais. L’Évangile ne nous dit rien de ces hommages d’adoration, d’amour et d’action de grâces que le Christ rendait alors à son Père; mais saint Paul résume tout en disant :Vivit Deo, « il vit pour Dieu ».

Le Christ dans ses mystères ( Dom Marmion)

 

Que cet heureux temps de Pâques apporte joie,réconciliation,bonté et paix!

Appliquons -nous à supporter avec patience les défauts des autres et leurs faiblesses,quelles qu'elles soient:nous aussi,nous en avons beaucoup que les autre doivent supporter.

Dieu a ainsi disposé les choses pour que nous apprenions à porter les fardeaux les uns des autres; car il n'est personne sans défauts,personne qui n'ait son fardeau,personne qui se suffise à lui-même,personne qui ait assez de sagesse pour se conduire;mais nous devons nous supporter et nous consoler les uns les autres,et aussi nous aider,nous instruire et nous avertir mutuellement.

Nous devons supporter de bon coeur:les vexations,les anxiétés,les injures,les contradictions,les blâmes,les humiliations,les affronts,les réprimandes et les mépris.

Il n'y a pas grand mérite à vivre avec des hommes bons et paisibles: cela plait naturellement à tout le monde et nous aimons tous avoir la paix,et nous ressentons plus d'affection pour ceux qui partagent nos propres sentiments.

mais pouvoir vivre d'une manière pacifique avec des gens durs,rebelles ou qui nous contrarient,c'est une grande grâce,une conduite très louable et digne d'une âme virile.

Si nous voulons qu'on nous supporte,supportons aussi les autres.

Nous reprenons de petites fautes chez les autres,pourtant nous nous en passons de plus grandes.

Nous sommes très prompts à sentir le poids de ce que nous avons à supporter des autres,mais nous ne nous apercevons pas de tout ce que les autres doivent supporter de nous.

Hélas! souvent nous jugeons les autres sans peser avec précautions toute chose devant Dieu...

(Imitation de Jésus)

 

Quelques mots de pardon en ce jour pour ceux à qui nous aurions fait de la peine, nous aurions dit des paroles blessantes et à ceux avec qui nous nous serions fachés.

Je pense en ce jour à une personne en particulier qui je l'espère lira mon petit mot.

Au pied de la Croix,demandons pardon et réconcilions nous,notre vie éternelle en dépend.

 

Bonnes fêtes de Pâques à tous!

Soyez comblés de Grâces en ce jour pour vous et toutes vos familles...

easter_cross2